14 March 2018
Le Parlement européen, dans le sillage du Comité européen des régions, préconise un budget ambitieux pour l’UE après 2020

Le Parlement européen, dans le sillage du Comité européen des régions, préconise un budget ambitieux pour l’UE après 2020

«Les soutiens se multiplient en faveur d’un budget ambitieux pour l’UE après 2020, et l’alliance pour la cohésion (#CohesionAlliance) marque des points décisifs», a réagi Isabelle Boudineau, présidente du groupe de travail du CdR sur le budget et vice-présidente de la région Nouvelle-Aquitaine chargée des affaires européennes (PSE, France), à l'adoption aujourd'hui par le Parlement européen de deux rapports sur le cadre financier pluriannuel (CFP) de l’après-2020 et sur le système de ressources propres de l’Union européenne. Le Comité européen des régions (CdR) avait quant à lui déjà formulé ses demandes concernant le nouveau régime de financement du budget de l’Union, en octobre 2017 et janvier 2018.

À l’occasion de ces votes, le Parlement européen a apporté son soutien à la recommandation du CdR d’augmenter le prochain CFP pour le porter à 1,3 % du produit intérieur brut (PIB) de l’UE. "Pour les régions et les villes de toute l’Europe, il s’agit d’une exigence fondamentale. Un budget inférieur risquerait d’écarter la plupart des régions de l’Union du champ d’intervention de la politique de cohésion", précise Mme Boudineau, qui pointe également du doigt le coût faramineux de la "non-cohésion". 

En octobre 2017, le CdR avait adopté l’avis sur les ressources propres de l’UE​ préparé par Mme Isabelle Boudineau, dans lequel il réclame l’abolition de tous les mécanismes de rabais ainsi que de nouvelles ressources propres pour financer les priorités de demain. «Des taxes sur les entreprises multinationales, sur les transactions financières, sur le carbone ou, pourquoi pas, sur le plastique: la liste des nouvelles sources potentielles de revenus est longue. En outre, ces recettes n’auraient pas nécessairement d’incidence sur les budgets publics, tout en permettant une transparence accrue», souligne Mme Boudineau, qui conclut: «Quand les États membres auront accepté la fin du système des rabais et compris que la voie de l’avenir est celle de véritables ressources propres, le marchandage de tapis à huis clos entre gouvernements autour du budget de l’Union pourra enfin cesser.»

Top